Quelles sont les violations des droits de l’homme qu’enregistre la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés dans le cadre de la crise que connaissent les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et quelle analyse fait-elle de cette situation ?
C’est la question principale que Son Excellence Pietro LAZZERI, Ambassadeur de Suisse au Cameroun, a posée au Président de la CNDHL, Dr Chemuta Divine BANDA.
C’était hier à la salle de conférences de l’immeuble siège de la CNDHL à Yaoundé.
L’audience entre la délégation que conduisait l’Ambassadeur de Suisse au Cameroun et celle de la CNDHL avec à sa tête son Président, a duré près d’une heure. On a noté une convergence de vue entre les deux parties à l’issue de leurs échanges.
En déplorant que les services sociaux de base soient la cible des groupes armés et en questionnant l’efficacité du dispositif sécuritaire sur le terrain, les deux parties ont appelé à la déclaration d’un cessez le feu pouvant donner lieu à une décrispation nécessaire à un dialogue adressant les questions liées aux causes profondes de cette crise.