Le dimanche, 5 février 2017 : entrée de M. Ibrahim Bello dans le Poste de police d’Ombessa conduit par la foule qui venait de le frapper, sous le contrôle du propriétaire de la voiture (M. Fomadjou Fotadzong Serge Adolphe, agent d’affaires domicilé à Bafia) qui a déposé séance tenante une plainte. Il est gardé à vue. 
Le mardi, 7 février 2017 : sortie de M. Ibrahim Bello du Poste de police d’Ombessa. Il est remis en liberté suite au désistement volontaire du propriétaire de la voiture et à l’instruction du Commissaire en raison de son état de santé précaire. 
Le mercredi, 8 février 2017 : arrivée de M. Ibrahim Bello au Centre Médical d’Arrondissement (CMA) d’Ombessa grâce à l’intervention d’un commerçant qui a par ailleurs déposé la somme de 15 000 fcfa pour les premiers soins. Il est immédiatement pris en charge par le corps médical dudit Centre. 
Le vendredi, 24 mars 2017 : Evacuation de M. Ibrahim Bello à l’Hôpital central de Yaoundé où il a rapidement subi des soins appropriés, d’autant plus que le Gouvernement a décidé de lui accorder une prise en charge totale. 
Le jeudi, 30 mars 2017 : La Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (CNDHL) a effectué une mission d’observation et d’investigations à Ombessa, localité située dans le Département du Mbam-et-Inoubou, dans la Région du Centre où un jeune homme nommé Ibrahim Bello, soupçonné de vol dans un véhicule de marque Toyota Carina E, aurait été lynché par la population et torturé par la Police. La Mission était conduite par le rapporteur de la Sous-commission des Droits Civils et Politiques. La CNDHL a eu des entretiens avec les personnes suivantes : M. Souley Yougouda, cousin et tuteur de la victime ; M. Fomadjou Fotadzong Serge Adolphe, juriste et agent d’affaires et propriétaire du véhicule de marque Toyota Carina E ; l’Officier de police Bikouo Ndzie Joël Cyrille ; l’Inspecteur de police Sack ; Dr Mviam Philippe Médecin, Chef du Centre Médical d’arrondissement d’Ombessa. 
Depuis le lundi, 7 août 2017 : Le jeune Ibrahim Bello est au Centre National de Réhabilitation des Personnes Handicapées Cardinal Paul Emile LEGER (CNRPH) d’Etoug-Ebé dans l’Arrondissement de Yaoundé VI où sa prise en charge psychosociale, médicale et socio-professionnelle est entièrement supportée par l’Etat. Le CNRPH est un Etablissement Public Administratif doté de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Il est placé sous la tutelle technique du Ministère chargé des Affaires Sociales et sous la tutelle financière du Ministère chargé des Finances.